« Un pied dans le crime » d’Eugène Labiche

vendredi 21 janvier 2011 par Jean-Christophe

« Un pied dans le crime » d’Eugène Labiche

Des places sont encore disponibles pour le spectacle du 30.01 au TNNice « Un pied dans le crime » d’Eugène Labiche.

Le prix des places, 14 euros, a été obtenu par le foyer rural CEPAGE grâce à un abonnement collectif.

Le transport est organisé en covoiturage, n’hésitez donc pas à vous inscrire même si vous n’avez pas de véhicule….

Inscriptions : au CEPAGE, l’après midi, Avenue Miss PELL, ou bien par tél : 04 93 05 00 19 (après midi aussi)

Mise en scène Jean-Louis Benoit
Création : Avec Philippe Torreton, Dominique Pinon, Jean-Pol Dubois, Luc Tremblais, Louis Mérino, Valérie Kéruzoré, Véronique Dossetto, Karen Rencurel
Scénographie : Jean Haas
Costumes : Marie Sartoux
Lumière : Jean-Pascal Pracht
Musique : Etienne Perruchon
Maquillage et perruques : Cécile Kretschmar
Son : Jérémie Tison
Assistant à la mise en scène : Antoine Benoit
Production : Théâtre National de Marseille La Criée avec le soutien du Théâtre National de Bordeaux en Aquitaine, salle Pierre Brasseur, durée estimée 2 heures.

L’HISTOIRE>>>

M. Gaudiband et M. de Blancafort sont voisins. Après avoir eu, pendant de longues années, de très amicales relations, les deux hommes se sont brouillés. Ces soucis de voisinage ont fini par devenir sérieux puisque Blancafort provoque Gaudiband en duel. C’est le début de cette comédie-vaudeville en trois actes qui mettra en scène le cas de conscience d’un juge appelé à juger un crime dont il est l’auteur.

CE QU’ILS EN DISENT>>>

Choisir Un Pied dans le crime c’est avant tout aller à la découverte d’une oeuvre de la maturité injustement oubliée parmi les succès comiques de Eugène Labiche. On sait depuis longtemps que Labiche ne fut pas un simple amuseur : “Je me suis adonné presque exclusivement à l’étude du bourgeois, du “philistin”. Cet animal offre des ressources sans nombre à qui sait le voir. Il est inépuisable.
C’est une perle de bêtise qu’on peut monter de toutes les façons.” Un Pied dans le crime illustre à merveille ces confidences qu’il fit en fin de carrière. Quiproquos, situations d’une drôlerie insolite, férocité des rapports entre les personnages, “vacheries” incessantes, mufleries impitoyables, et sensualité… Un Pied dans le crime est une comédie-vaudeville, c’est-à-dire ayant des parties chantées. Je les respecterai, bien sûr. Les décors participeront de ce que j’aimerais appeler la “légèreté” de la représentation. Nous ne chercherons pas à reproduire le réalisme bourgeois du second Empire, mais nous nous amuserons à l’évoquer, à le “reconstruire” dans les costumes et les décors, les maquillages et les coiffures, trognes crevantes à la Daumier. Tout contribuera à ce que nous nous divertissions avec ce “cauchemar gai”.

Jean-Louis Benoit